Google+ Followers

samedi 15 août 2009

Planification urbaine et péri-urbaine: levier essentiel pour Gonaïves/Forum HP


Amis internautes, professionnels et spécialistes de toutes les disciplines, simples observateurs, compatriotes épris et férus de la "chose" politique, investisseurs, qu'il me soit d'emblée permis de souligner qu'aucun essor socio-économique durable à moyen ou à long terme ne peut-être possible sans la confection et la mise en oeuvre d'un programme de revitalisation urbaine solide et cohérente des principales agglomérations du pays. La problématique sans doute la plus urgente à cet égard demeure le réaménagement des Gonaïves. Une réponse intelligente et réaliste à ce défi nous permettra d'évaluer réellement notre capacité et notre volonté, comme État-Nation, à vouloir léguer aux générations actuelles et futures des espaces de vie plus propices au décollage socio-économique et environnemental dont nous rêvons tous.


Par ailleurs, je ne vous apprendrai rien de nouveau en rappelant que les yeux des observateurs du monde entier, ceux des instances pourvoyeuses de fonds, des institutions universitaires étrangères, de certains pays voisins, des firmes expertes, des haïtianophiles et des...haïtianophobes, sont rivés sur nous, scrutant avec intérêt et scepticisme, nos démarches et nos actions surtout, en guise de réponse intelligente au marasme soci-économique et environnemental dans lequel pataugent nos villes et leurs populations. Je ne puis m'empêcher de réprimer un sentiment de révolte et d'impuissance à chaque fois que j'apprends par le truchement des médias, les sommes astronomiques investies pour la construction ici et là, d'un pont, d'un hôpital, d'une école, d'un marché, de quelques kilomètres de route en bitume, etc. Non! Ce ne sont pas ces interventions isolées et ponctuelles qui nous permettront de décoller. Tout au plus, ces projets pourraient, dans la mesure où ils sont entretenus(!) pallier à certaines défaillances ou urgences locales, réduisant ainsi la pression sur les institutions publiques ou sur les acteurs politiques impliqués.

Pour saisir davantage l'inadéquation d'une telle approche, recourons à cette métaphore. Haïti est à l'image d'un malade atteint de cancer avancé qui présente certaines pathologies d'éruptions cutanées, de maux de tête spasmodiques et de quinte de toux intermittents. Les divers spécialistes appelés à son chevet proposent alternativement des traitement antibiotiques et lénifiants sur les plaies, des analgésiques contre les céphalées et des antitussifs pour calmer la toux. Malgré l'application de cette panoplie de thérapies locales, les conditions du malade se détériorent de jour en jour et celui-ci se meurt d'une lente mort. La démarche méthodologique fondamentale consiterait plutôt à diagnostiquer l'origine de ce mal à l'aide d'examens approfondis et au moyen d'équipements médicaux de haute précision qui permettraient alors non seulement d'en cerner les causes probables mais aussi d'orienter les divers spécialistes vers des traitements plus efficaces, susceptibles de remettre le malade solidement sur ses pieds à moyen et à long terme.

La confection et la mise en oeuvre de plans d'aménagement et de développement des agglomérations urbaines sont assimilables à la démarche médicale appropriée décrite précédemment et constituent à la fois les étapes et les leviers essentiels incontournables pour ré-organiser, revitaliser ces conurbations en vue de leur permettre d'aspirer au développement durable dont font paradoxalement écho les organisations internationales et moult ong qui ont poussé comme des champignons au cours de la dernière décennie et qui prétendent inscrire leurs interventions dans le champ...du développement durable!

Je blâme sévèrement certaines organisations internationales notoires de n'avoir rien fait pour implanter et encourager cette approche méthodologique (lePlan) dans les institutions haïtiennes compétentes (étant bailleurs!), alors qu'elles possèdent des structures et des ressources humaines compétentes au sein de leurs unités administratives respectives, aptes à mettre en oeuvre de telles pratiques de planification qu'elles ont d'ailleurs supportées dans le cas de plusieurs autres pays d'Afrique et d'Amérique latine, aux prises à des situations socio-économiques et environnementales similaires aux nôtres.

Je me suis fait des ennemis jurés au sein des certains organismes internationaux pour avoir martelé depuis 2004, suite au forum de la diaspora à Montréal en décembre de la même année, la nécesité pour ces acteurs de changer leur vision et leur pratique du développement durable è l'égard d'Haïti. En guise de réaction, deux organismes ont plutôt opté d'ignorer mes recommandations, lors de ce forum et boycoté malicieusement certaines de mes initiatives, mais, ils ont jugé judicieux toutefois de les transmettre à leurs autres "instances" administratives. En fait, on a tiré sur le messager et gardé son message!


En outre, je demeure aussi extrêmement sceptique quant au succès de certains projets d'investissement annoncés de la diaspora au pays, notamment axés autour du tourisme de masse, un levier socio-économique majeur pour le pays.

À cet égard, je me pose une série de questions, entre autres:
- outre la question cruciale de sécurité qui ne relève pas d'un plan d'aménagement, comment peut-on parvenir à convaincre d'éventuels visiteurs de venir dans ces villages ou lieux touristiques en l'absence d'un réseau de voies publiques hiérarchisées, sécuritaires et attrayantes reliant ces lieux aux agglomérations voisines et au reste du département où ils sont localisés?

- Y a-t-il des pôles d'attraction originaux ou particuliers autres que la mer et le soleil à mettre en valeur en complémentarité aux équipements touristiques, tels que des lieux ou monuments historiques et patrimoniaux aménagés à cet effet?

- Y a-t-il un programme ou une politique nationale de réhabilitatation de ces lieux et monuments historiques à travers le pays ? Ce ne sont là que quelques éléments de questionnement partiel que prend en compte la planification urbaine et régionale.

Il n'y aura pas de développement durable pour Haïti et ses conurbations sans la confection et la réalisation immédiate de Plans d'aménagement des agglomérations, qui identifieront des projets et des programmes publics cohérents ainsi que les échéanciers et les coûts rattachés à leur mise en oeuvre. On voit que le chemin est long! Doit-on pour autant désespérer. L'avenir le dira!


L'étude de revitalisation des Gonaïves: ma contribution personnelle.

Au moment où la diaspora haïtienne de la Floride et d'ailleurs vient de clore, le 9 août dernier, son congrès sur des thématiques de développement multiséctoriel de notre pays, plus que jamais, le moment paraît opportun de raviver dans les mémoires, l'importance et l'urgence de cette étude de planification urbaine dont la version préliminaire quasi-complète a été soumise à notre mandataire aux Gonaïves, en décembre 2008.
J'avais décidé de mettre en ligne cette étude capitale que j'ai initiée en collaboration avec quelques professionnels en urbanisme, en architecture et en études environnementales depuis 2004 et intitulée : DOCUMENT D'INTERVENTIONS ET D'ORIENTATIONS POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE INTÉGRÉ DE L'AGGLOMÉRATION DES GONAÏVES. Nos procureurs légaux nous ont toutefois suggéré d'attendre. Il me fera plaisir dès que j'en aurai l'autorisation de la soumettre en ligne à l'intention de TOUS ceux qui aspirent à l'essor du pays, notamment de ceux qui sont intéressés par la
complexe problématique gonaïvienne. Aucun doute que bon nombre d'entre ces derniers l'ont déjà parcouru, mais qu'à cela ne tienne...

Cependant, le groupe de travail que j'ai mis sur pied en septembre 2004, auquel se sont joints d'autres professionnels en 2007, observe avec beaucoup d'intérêt, le cheminement et surtout l'évolution de ce document dans les couloirs des institutions haïtiennes et étrangères depuis que notre mandataire a remis cette étude, protégée par les droits d'auteur, à des autorités haïtiennes. Le groupe de travail attend toujours les redevances dûes pour la préparation de ce rapport préliminaire.

Nous y reviendrons avec plus de détails sur cette étude dans les prochains mois.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.